Yacouba Dembélé (Dg Ondr) : «Je suis en train de finir l’installation d’une centaine d’usines de transformation de riz»

PLG_CONTENT_ITPSOCIALBUTTONS_SUBMITPLG_CONTENT_ITPSOCIALBUTTONS_SUBMITPLG_CONTENT_ITPSOCIALBUTTONS_SUBMITPLG_CONTENT_ITPSOCIALBUTTONS_SUBMITPLG_CONTENT_ITPSOCIALBUTTONS_SUBMIT


Dans un entretien qu’il nous a accordé, Yacouba Dembélé, le directeur général de l’Office National de Développement de la Riziculture (ONDR) redonne espoir aux paysans producteurs de riz et aux jeunes qui trouveront  des emplois sans pénibilité dans une filière riz moderne.

Actuplus : Quel est l’état des lieux dans le projet de transformation de riz en Côte d’Ivoire ?

Yacouba Dembélé : J’accuse un petit retard dans la mise en place des infrastructures de transformation du riz. Notamment l’installation des usines pour que les populations disposent de riz blanchi. Les usines sont là pour tirer la production du riz. Mais il y a un léger retard. Les paysan produisent du riz paddy et s’il y a des usines de transformation, il peut être motivé à produire plus et à écouler ses produits. Je suis en train de finir l’installation d’au moins une centaine d’usines dont l’une peut produire 10 mille tonnes de riz par an.                                                                                                         Le riz consomme beaucoup d’argent pour l’achat des engrais et des semences et surtout de l’argent pour acheter cash ces produits. Du point de vue de notre stratégie, c’est pour atteindre l’autosuffisance en riz aujourd’hui, c’est d’avoir des fonds pour l’acquisition des intrants et l’achat de paddy.

Y-a-t-il assez de terres en Côte d’Ivoire pour produire le riz?

En principe, il n’y a pas de problèmes de terres. Mais, on a des problèmes de terres aménagées. Le riz se cultive selon trois (3) types de terres : -le riz sur les plateaux appelé riz pluvial qui dépend de la pluie-le riz inondé dans les régions du nord et le riz irrigué dans les baffons permettant aux producteurs d’être indépendants puisqu’ils ne sont pas astreints à attendre la pluie.

Sur quoi est basée votre stratégie. Est-ce par rapport aux coopératives ou de façon individuelle ?

Notre préférence va à la mise en place du groupement de coopératives. Nous n’excluons personne. Quiconque qui a des terres et qui peut faire du riz, on prend des dispositions pour l’encadrer. Après quoi, nous lui donnons des conseils pour adhérer à une coopérative. Nous allons mettre en place d’ici à fin 2016, l’interprofession de la filière riz. C’est-à-dire un grand organe qui va comprendre les représentants des producteurs ; des transformateurs et des distributeurs.

Est-ce que c’est le groupe qui veut faire du riz qui fournit ses semences et intrants ?

Nous fournissons des semences certifiées. Le paysan ne paie pas cash les semences, c’est à la récolte qu’il paie ces semences en paddy, c’est-à-dire on peut lui donner un sac de 40 à 50 kilogrammes de semences. Ces kilogrammes peuvent produire 5 tonnes de riz. Et sur ces 5 tonnes, le paysan rembourse 50 kilogrammes de riz.

Vous parlez de semences certifiées, donc on ne peut pas prendre n’importe quelles semences ?

Quand on parle de semences certifiées c’est-à-dire l’Ondr et des structures privées agréées leur fournissent des semences de base à cultiver. Le paysan sera astreint à un contrôle chaque quinze (15) jours avec un certain nombre d’exigences, jusqu’à la récolte. A partir de là, il y a des semences sélectionnées certifiées.                                                                                                                   E n tout cas, la filière riz en Côte d’Ivoire a besoin de 1200 milliards de Fcfa.  C’est une somme assez importante qu’on ne peut pas débourser du coup. C’est pourquoi on fait appel aux opérateurs étrangers. On a divisé la Côte d’Ivoire en dix (10) bassins de production de riz. On a responsabilisé chacun de ces opérateurs sur un bassin de production. Cette responsabilisation veut dire que M.X est responsable des flux matériels et financiers, c’est-à-dire tous les besoins financiers et matériels l’incombent et ils sont  responsables de la production qui doit suffire à la consommation nationale et ensuite à l’exportation.

Quels messages adressés-vous à ceux qui sont déjà dans la filière  riz et à ceux qui veulent y entrer ?

Ceux qui sont déjà dedans  le savent, maintenant, ceux qui veulent y entrer, je leur dis que le riz rapporte beaucoup d’argent. Et en plus, ils auront du riz pour leur propre consommation. Aujourd’hui, les techniques sont en train de s’améliorer.  Par exemple en Chine où nous avons été, avec sa population de plus d’un milliard d’habitants, elle s’auto -suffit  et n’importe pas le riz. J’y suis allé pour savoir leurs stratégies de production en quantité et en qualité. Les techniques permettront un bon rendement pour  la consommation et au plan financier pour le producteur de riz. Nous avons vu aussi là-bas, les méthodes de mécanisation  pour être plus performant pour intéresser surtout un grand nombre de jeunes de la Côte d’Ivoire qui n’ont as le travail pour la filière riz avec moins de pénibilité pour exercer ce travail-là. Donc, j’encourage ces jeunes ivoiriens à se lancer dans la filière riz qui rappote beaucoup d’argent.

                                                                                                                               

David BLAY avec A Tchedé Tcheday

INTERVIEW

Economie / Timité Hassane (Sg du RIDIP GPE) : « Nous voulons que nos Etats s’engagent dans le financement du programme G…

Economie / Timité Hassane (Sg du RIDIP GPE) : « Nous voulons que nos Etats s’engagent dans le financement du programme GPE »

En marge d’une conférence-débat organisée par le Réseau ivoirien des diplômés en Gestion de la politique économique, nous avons rencontré Timité Hassane, son Secrétaire général. Il nous dévoile dans cet entretien, la place capitale du gestionnaire ...

Yacouba Dembélé (Dg Ondr) : «Je suis en train de finir l’installation d’une centaine d’usines de transformation de riz»

Yacouba Dembélé (Dg Ondr) : «Je suis en train de finir l’installation d’une centaine d’usines de transformation de riz»

Dans un entretien qu’il nous a accordé, Yacouba Dembélé, le directeur général de l’Office National de Développement de la Riziculture (ONDR) redonne espoir aux paysans producteurs de riz et aux jeunes qui trouveront  des emplois sans pénibilité dan...

A LA RENCONTRE DE SERGE KOUKOUGNON COACH EN DEVELOPPEMENT PERSONNEL

A LA RENCONTRE DE SERGE KOUKOUGNON COACH EN DEVELOPPEMENT PERSONNEL

1-Qui est Serge Koukougnon ? SK : Je suis conférencier Motivateur, coach en développement personnel. Mon travail consiste à aider tous ceux qui le désirent à croire en eux leur rêve, à développer une attitude mentale positive pour l'atteinte de le...

Interview / Prophète AGNUI : ‘’Venez découvrir et vivre votre Réveil Spirituel‘’.

Interview / Prophète AGNUI : ‘’Venez découvrir et vivre votre Réveil Spirituel‘’.

  La prochaine veillée du Camp de Prière "Jésus le chemin de la vérité", situé au corridor de Gonzagueville dans la commune de Port-Bouët, aura lieu le 04 Décembre 2015, et a pour thème « LE REVEIL SPIRITUEL ». Ainsi, le Prophète Antoine AGNUI TAHI...

Espace DOB

Formation Professionnelle / Les résultats de l’orientation en 1ère année de BTS …

Formation Professionnelle / Les résultats de l’orientation en 1ère année de BTS sont disponibles

  Le lundi 24 Août 2014, s’est tenue à la salle de conférence de la Direction de l’Orient...

OFFRES D'ETUDE AU JAPON(UNU-IAS)

OFFRES D'ETUDE AU JAPON(UNU-IAS)

Elèves, nouveaux bacheliers, professionnels et experts souhaitant développer votre carri...

DEMANDE DE BOURSES D'ETUDES EN LIGNE (A LIRE ATTENTIVEMENT)

La demande en ligne ne concerne que les étudiants des universités publiques - La demande ...

VIDEO

Visit the new site http://lbetting.co.uk/ for a ladbrokes review.