lundi 19 août 2019

Côte d'Ivoire: le RACI, mouvement de soutien à Guillaume Soro, devient un parti

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

En Côte d'Ivoire, Guillaume Soro a démissionné du perchoir de l’Assemblée nationale il y a un peu plus d'une semaine. Pour ses soutiens, cette décision sonne le coup d’envoi pour la course à la présidentielle de l’an prochain. Ce 16 février, le Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI), un mouvement politique en faveur de l’ancien chef rebelle, s'est constitué en parti politique et a appelé son champion à se déclarer candidat à la fonction suprême.

Une devise : solidarité, justice, travail. Un emblème : la termitière, pour illustrer la force par le nombre et non par la taille. Le Rassemblement pour la Côte d'Ivoire (RACI) passe la vitesse supérieure en se mettant en ordre de marche pour la présidentielle de 2020.

Dans la grande salle de l’Astoria Palace de Yopougon, à Abidjan, des élus, des personnalités politiques et plusieurs centaines d’admirateurs de Guillaume Soro se sont réunis ce 16 février. Tous étaient présents pour entériner à main levée la création du dernier-né des partis politique.

Ce parti sera social-démocrate et bien sûr d’opposition, pour affronter le président Alassane Ouattara, allié d’hier, adversaire d’aujourd’hui. « L'homme que nous avions connu, dans les années 1990, en 1993, qui nous avait fait rêver, n'est plus le même aujourd'hui, déclare Célestine Trazéré, la présidente du groupe parlementaire Rassemblement à l’Assemblée nationale. Nous faisons confiance à notre président Guillaume Soro, qui a démontré qu'il était un homme d'Etat ».

Inviter Guillaume Soro à sortir du bois

Guillaume Soro, président d’honneur du RACI, n’a pas fait le déplacement. La veille, le député de Ferkessédougou avait annoncé la création d’un comité politique, lui permettant de participer au débat national.

Cette structure aux contours flous, distinct du nouveau parti, n’est cependant pas de nature à inquiéter Kanigui Soro, le président du RACI. « Le président Guillaume Soro a pris le soin de nous dire que le comité politique n'était pas un parti politique, qui est un peu un outil qu'il met en place pour rentrer dans le débat politique, explique-t-il. Maintenant, je pense qu'il faut être un peu patient pour savoir comment ce comité va être composé ».

Le RACI presse Guillaume Soro à sortir du bois, et annonce la tenue de sa première assemblée générale en avril prochain.

 

RFI

Plus d'actualités au quotidien.

Email:

Info@actuplus.net

Tel::

+225 70 58 21 58