lundi 23 septembre 2019

Côte d’Ivoire : Les boulangers menacent d’entrer en grève

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Les ivoiriens seront-ils privés de pains dans les prochains jours ? La colère des patrons de boulangerie, ce samedi, le présage. Motif de leur ire : la modification d’un texte régissant leur secteur.

Réunis en assemblée générale, le samedi 3 août dernier, à Port-Bouet, les boulangers ont fustigé l’avis N°002 du 28 mars 2019 de la commission de la concurrence.

Pour eux, ce document suggérant au ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Pme d’abroger l’article 10 de l’arrêté interministériel N° 619/MCAPPME/MSLS/MINESUDD du 17 décembre 2014 qui dispose « que toute installation de boulangerie doit respecter doit respecter un rayon minimum de 500 mètres avec la boulangerie la plus proche » est inopportun.

Aussi, ont-ils invité la tutelle à prendre en compte l’intérêt général pour protéger ce secteur de la faillite et préserver les milliers d’emplois qu’il génère. « Si cette disposition est touchée, tout le monde va en grève. On ne peut pas mettre en péril toute la filière pour faire plaisir à une seule personne », ont prévenu les participants.

L’assistance n’a pas manqué de pointer un doigt accusateur vers certaines mafias qui veulent garder la mainmise sur la production de pain en Côte d’Ivoire. En effet, le secteur de la boulangerie est l’un de ceux où des acteurs nationaux  entreprennent avec succès, depuis quelques années. L’initiative de la commission de la concurrence aurait-elle pour objectif d’étouffer ce dynamisme ? La question reste posée. Surtout, qu’elle fait suite à une action du ressortissant libanais Ezzedine Adham qui veut coûte que coûte rouvrir une boulangerie fermée par les services du ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Pme pour non-respect des 500 mètres prescrits par les règles en vigueur.

Cependant, les patrons de boulangerie privilégient la voie du dialogue pour ne pas en arriver à priver les ménages du « pain quotidien ». C’est dans ce cadre que leurs représentants ont, déjà, rencontré le Directeur général du Commerce intérieur.

Par ailleurs, ils ont initié une pétition pour traduire leur opposition à l’avis de la commission de la concurrence, au ministre Souleymane Diarrassouba.

 

David BLAY

Plus d'actualités au quotidien.

Email:

Info@actuplus.net

Tel::

+225 70 58 21 58