lundi 19 août 2019
Previous Next

Présentation officielle d’une compagnie de danse: Effozouyi fait son entrée dans la cour des grands

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Se faire reconnaitre de ses pairs et du monde de la culture, est l’exercice auquel s’est prêté la compagnie « Effozouvi », le 9 mai passé. A la salle Bitty Moro de l‘Insaac, où elle a fait sa présentation officielle, elle a offert pour son baptême de feu, un spectacle en trois prestations. Pour son adhésion au cercle des compagnies respectables du pays, ‘’Effozouvi’’, un mot tiré de la langue Avikam, une ethnie du sud ivoirien, qui signifie : « Dieu est avec nous », a visité l’orient à travers la danse du ventre. Qui, pour plus d’éclat, a subi un alliage de danses traditionnelle et urbaine de la Côte d’Ivoire. La compagnie qui a un large éventail, a fait détendre l’atmosphère, avec un interprète de chansons, très connu sur les réseaux sociaux, Roma Chiyaya. Cet acteur a l’art de dévier les chansons des autres, dans un style comique, pour en faire les siennes. Cette association de danseurs a sorti pour sa dernière prestation, sa botte secrète, qui est un duo de danseurs contemporains chevronnés. Les nommés Fabrice Douyéré et Stéphane Douhan, ont présenté la pièce « L’origine ». De contenu, celle-ci raconte le paradoxe des discussions personnalisées, axées sur la création de l’humanité.  Pour les uns, la logique se trouve dans l’acceptation que Dieu a créé le ciel et la terre, avant l’homme et la femme. Pour les autres, convertis en leaders d’opinion et se proclamant sachants, ils prônent des conceptions contradictoires. C’est cette adversité que les deux danseurs impriment dans leur chorégraphie. Si ‘’Effozouvi’’ a choisi l’Insaac pour sa présentation officielle, c’est qu’elle veut montrer ses travaux aux étudiants et aux enseignants de cette école d’art et de culture. Les élèves gagnent pour leur part, un énorme bénéfice en visionnant les pièces des autres, pour en tirer l’essence et la compréhension. Quand aux enseignants, les prestations vont leur permettre par leurs critiques, d’apporter des corrections en profondeur, à la compagnie, afin qu’elle améliorer ses prouesses. Ce qui des dires de Liliane Kouamé, administratrice de ‘’Effozouvi’’, est une nécessité pour leur formation. « L’éducation de nos étudiants, gages de la sauvegarde de notre socle culturel, doit passer par un apprentissage sérieux de nos valeurs ancestrales. Notre responsabilité est de les aider à perpétuer ces acquis », a-t-elle commenté. 

C K

Plus d'actualités au quotidien.

Email:

Info@actuplus.net

Tel::

+225 70 58 21 58