lundi 23 septembre 2019

Développement Durable : L’abattoir de Port-Bouet va produire de l’électricité

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La construction de l’unité de transformation des déchets du plus grand abattoir de la ville d’Abidjan démarrera en août prochain.

L’abattoir de Port-Bouet effectue un virage dans le vert. Dagnogo Komissiri, son directeur, qui a placé les intérêts sanitaires, hygiéniques et environnementaux des populations comme priorités de son management, annonce une innovation de taille. Cet établissement qui fournit la viande à la capitale économique ivoirienne va se lancer dans la production d’énergie verte.

En effet, la Côte d’Ivoire a signé l’accord de Paris sur le climat, à l’instar des autres pays de la planète. Elle s’est, ainsi, engagée à promouvoir les énergies propres dans le cadre de son développement. En initiant le projet de production d’électricité à partir de la biomasse issue des déchets animaliers, Dr Dagnogo Komissiri veut jouer sa partition pour aider son pays à relever ce défi.

C’est  en août 2019 que démarrera la construction d’une unité de transformation de détritus d’abattage. Ce nouvel outil qui entre dans le cadre de la modernisation de l’abattoir, est le fruit de la coopération avec des partenaires canadiens. Il permettra de produire de l’électricité pour les besoins de l’abattoir et des riverains des quartiers environnants. L’excédent sera commercialisé. Toute chose qui aura le mérite de réduire l’empreinte carbone du sud de la ville. Les agriculteurs trouveront, également, leur compte dans cette initiative. L’unité qui verra le jour mettra de l’engrais biologique à leur disposition.

Selon des indiscrétions, la mise en œuvre de ce projet sera plus que bénéfique. En plus de créer de la richesse et des emplois (150 dont 50 directs), elle va adresser plusieurs problèmes. La question de l’hygiène et de l’environnement du site de l’abattoir, trouvera une réponse vigoureuse, à travers cette initiative. Exit, les déchets qui se mêlent aux eaux de ruissellement pour se déverser dans la lagune Ebrié. Bientôt, ce spectacle aux allures d’écuries d’Augias ne sera plus qu’un vieux souvenir. A la grande joie des protecteurs de l’environnement et pour la santé des populations.

A terme, tous les abattoirs de la ville d’Abidjan seront associés au projet. Une seconde unité de transformation des déchets animaliers sera construite pour accroitre la capacité de production d’électricité et d’engrais biologique.

 

David BLAY

Plus d'actualités au quotidien.

Email:

Info@actuplus.net

Tel::

+225 70 58 21 58